Le Mont Aiguille

_

La naissance de l’alpinisme

le-mont-aiguille Son architecture singulière, son allure

de sentinelle, sa réputation de mont

inaccessible ont forgé au Mont Aiguille

son aura de mystère.

C’est peut-être ce qui incita le Roi

Charles VIII
à organiser, en 1492,

l’ascension de ce coin de France

encore inexploré.

Antoine de VILLE, seigneur lorrain

et capitaine de Montélimar, est chargé

de conquérir la montagne comme l’on

prend une forteresse : tailleur de pierre,

échelleur, charpentier, prédicateur du roi

et aumônier l’accompagnent.

Le sommet est atteint le 26 juin 1492.

Il s’agit là du premier acte d’alpinisme dûment authentifié.

Mais, c’est seulement en 1834 que le mont est de nouveau gravi par un berger de Trésanne.

le-mont-aiguille-en-ete

Parti avec une équipe de 6 hommes,

il est le seul à parvenir au sommet.

Cette ascension eut un fort retentissement

et mit définitivement fin à l’inaccessibilité

légendaire du mont.

Puis, en 1877, Edouard ROCHAT

et ses compagnons ouvrent l’ère des

ascensions touristiques
et les courses

au sommet du Mont Aiguille se succèdent.

Le Mont Aiguille : un phénomène géologique

le-mont-aiguille

Largement détaché de la chaîne du Vercors par l’érosion

de la muraille, le Mont Aiguille, bloc quadrangulaire

de calcaire, représente la figure tutélaire du Trièves.

Le socle dénudé se compose de strates de calcaire,

tandis que plus haut le rocher est formé d’un lourd bloc

de calcaire dur et compact (pelouse sommitale de 750 m de long/90-150 m large).

Jusqu’en 1940, il culminait à 2097 m ; des

éboulements successifs ont progressivement

abaissé son altitude à 2086 m.

Le soubassement du Mont Aiguille est formé par

des calcaires argileux : on peut trouver de

nombreux fossiles d’ammonites, de bélemnites,

de bivalves et plus rarement d’oursins.

Ces fossiles indiquent la présence d’une mer

considérée comme relativement profonde et calme.

Par opposition, le calcaire urgonien qui forme

la falaise du Mont Aiguille ou celle des rochers du

Parquet contient d’autres fossiles marins.

La falaise du Mont Aiguille, haute de 300 mètres,

a mis environ 10 millions d’années pour se construire.

Légendaire Mont Aiguille

le-mont-aiguille-et-la-mer-de-nuages

On raconte qu’au sommet

du Mont Aiguille, dans des

grottes de cristal, se sont

réfugiés les dieux et les

déesses chassés de l’Olympe
.

Ibicus, chasseur, surprit

un jour les déesses dans

une tenue dont elles eurent

à rougir.

Jupiter, fou de colère, lança alors les foudres contre le mont profané et le sépara de la chaîne voisine.

Ibicus, victime de sa curiosité fut changé en bouquetin

et condamné à errer éternellement sur les pentes de

la montagne.

Le Mont Aiguille, nimbé dans son mystère, devint par la suite un thème récurrent de la littérature.

En 1535, François Rabelais, s’inspire de l’un de ces

récits imaginaires et écrit alors dans le Quart Livre :

« Ce jour-là, Pantagruel descendit dans une île

admirable entre toutes les autres (…) et pas beaucoup

moins inaccessible que le Mont du Dauphiné, ainsi

nommé parce qu’il est en forme de potiron, et que,

de toute mémoire, personne n’a pu le franchir, hors

Doyac (…) lequel avec des engins mirifiques y monta

et qui trouva au-dessus un vieux bélier. C’était à

deviner qui l’avait transporté là.

D’aucun dire « qu’ayant été ravi étant jeune agnelet

par quelque aigle ou quelque chat-huant grand duc,

il s’était sauvé entre les buissons ». »